Au fil du vent

12 mars 2008

Je sais que ce blog semble abandonné mais il n'en est rien. J'ai tout simplement eu des problèmes de santé nécessitant mon retour en France. Je suis actuellement hospitalisée et je ne sais pas combien de temps durera ma convalescence une fois sortie de l'hôpital.

Une chose est sûre, c'est que je reprendrai mon travail dès que possible et vous livrerai donc de nouvelles anecdotes d'ici ou d'ailleurs rapidement.

Posté par asaliah37 à 09:45 - Commentaires [1] - Permalien [#]


28 novembre 2007

Ou comment traumatiser 50 étudiants en une semaine

Pour cela, il n'est besoin ni de cris, ni de punitions, ni de tonnes de devoirs. Il me suffit juste de leur dire... mon âge !

Posté par asaliah37 à 15:40 - Commentaires [0] - Permalien [#]

10 novembre 2007

Violence

Il est habituel à Wuhan de voir des gens, généralement des personnes âgées, équipés d'un bâton avec une sorte de crochet au bout, fouiller dans les poubelles, pour y récupérer les bouteilles en plastique. Vous me direz que c'est tout à fait dégoûtant, et vous aurez raison. Surtout au vu des poubelles à Wuhan...
Mais voyez-vous, c'est que le recyclage est un business en Chine. Ces gens passent leurs journées à récupérer ces bouteilles pour les vendre ensuite une misère à un sous-traitant qui les vendra à son tour à une entreprise à Hong Kong qui les recyclera (c'est aussi là-bas que nos bouteilles plastiques vont - cherchez la logique écologique). Alors oui, bien sûr que c'est dégoûtant de voir ces petits vieux fouiller les poubelles, mais il est probable que ce soit là leur seule source de revenus.
Hier, je me promenais tranquillement lorsque j'ai été témoin d'une scène pour le moins violente. J'ai vu un de ces petits vieux accrocher une petite vielle qui se dirigeait vers une poubelle avec son bâton. Ce à quoi la femme a répondu à coups de bâton elle aussi. S'en est ensuivi une bagarre...
Ce n'est pas tant la violence des faits qui m'a choquée que la violence de la situation. Parce que venant d'un pays où l'on supprime un jour férié pour être solidaires de nos personnes âgées, d'un pays privilégié au niveau de l'aide sociale, parce que j'ai une vie plus que confortable ici en Chine, le fait que des personnes doivent se battre pour fouiller une poubelle me heurte. 

Posté par asaliah37 à 05:21 - Commentaires [0] - Permalien [#]

03 novembre 2007

Le câlin du samed matin

Ce matin, 9h00 : Un méchant bruit me force à sortir de mon sommeil. Mphr ! Je décide de laisser sonner. Ah mais c'est qu'il continue le bougre ! J'attrape mon téléphone pour voir qui est le malpoli qui me dérange de si bonne heure, mais l'écran est  noir. ?!?!? Après 27 secondes de vacarme (oui tout bruit au réveil est irrévocablement considéré comme du vacarme), je me rends compte que c'est l'interphone qui sonne. Arf ! Qui ose me déranger à une heure aussi indue ? Sûrement pas quelqu'un qui me connaît puisque la perspective des foudres dues à une visite ou un coup de fil matinal en a déjà découragé plus d'un et ceux qui ont essayé tentent encore de s'en remettre à grands coups de Lexo.mil.
Je décide donc de laisser l'importun à la porte - il finira bien par se lasser et je me replonge sous la couette. Je sens alors une douce torpeur m'envahir, le sommeil revient...jusqu'à ce que mes sens en alerte (surtout le matin, c'est bien connu) me préviennent que quelqu'un est en train de s'introduire chez moi. Tout d'un coup, je ne sais pas pourquoi, mais la douce torpeur me quitte et je me retrouve au pied du lit à tenter d'enfiler un vêtement convenable (oui, si je dois être sauvagement assassinée, je préfère être retrouvée dans une tenue convenable ! Être mort n'empêche pas d'être présentable non mais dîtes donc !!!) tâtonne le long des murs du couloir menant à la porte d'entrée l'ouvre, l'air méfiant.

Et me voilà nez à nez avec le charmant sourire de ma propriétaire (si si je vous jure, elle a un incroyable sourire !) Bon me voilà soulagée ! En même temps, quelqu'un qui tenterait de s'introduire chez moi à 9h00 avec une clé, je ne vois pas bien qui d'autre ça pouvait être ; surtout après qu'elle m'ait fait le coup deux dimanches de suite... Donc la voilà, accompagnée de son mari, sa belle-fille et sa petite-fille. Et elle me parle. En chinois bien sûr. Et bien entendu je comprends absolument rien ! Là je ne peux pas vous dire si ça va très vite ou très lentement dans ma tête, tout ce dont je me souviens c'est le brouillard...
Bon la voilà qui me tend un papier, avec plein de chiffres.
Argh ! Là pour le coup je dois absolument ouvrir les yeux si je veux ne serait-ce que tenter de comprendre de quoi il retourne. Arf mais c'est bien sûr, on est en novembre ! Au début du mois qui plus est. Le temps des factures et du loyer trimestriel (oui on paie tout par tranche de 3 mois en Chine) a sonné ! Sauf que moi, je suis même pas sûre d'avoir de quoi risquer ma vie pour aller jusqu'au lac. Alors je lui explique que la maintenant tout de suite c'est pas possible (oui bon en vrai je lui ai montré mon portefeuille en haussant les épaules et en levant les paumes des mains). Alors elle me pose une main sur l'épaule style c'est pas grave et là déjà je me demande si je suis bien réveillée parce que les chinois et les contacts physiques, ça fait 2. Enfin ce genre de contact hein. Parce que quand les filles se tiennent la main ("parce que c'est ce qu'on fait quand on s'aime bien" - "si tu pouvais m'aimer à distance s'il te plaît") et que les mecs font des auto-tamponneuses sans auto, là le contact physique ils connaissent. Donc le genre de truc qui m'a laissé sur le cul, tellement je ne m'y attendais pas.
Bon bref, je m'égare un peu là. Alors je tente de lui faire comprendre que si elle revient avec sa garde rapprochée lundi à 16h00, là ce sera bon. Heureusement que prof de fle ça aide à être un tant soit peu imaginatif, même après un réveil si riche d'émotions fortes. Donc me voici en train de chercher désespérément mon agenda pour lui montrer la page de lundi. Bien, c'est bon elle comprend ! Deuxième étape : l'heure. J'arrive à dénicher un crayon et écris 16h00. Et là, bah non ça marche pas. Elle crois que je lui ai écrit un truc dans ma drôle de langue. Arf ! C'est pas gagné tout ça. Et tout d'un coup, que vois-je ? Ma montre ! Hop ni une ni deux je l'attrape et lui montre le 4. Sauf que elle, elle a surtout vu le 3. Enfin bref, après nombres d'efforts de part et d'autre pour se comprendre, le problème est réglé, elle viendra lundi à 16h00 (en heure chinoise ça veut dire 15h30).
Du coup, on est super contentes de s'être comprises, vous pensez bien vous, c'est notre première fois sans interprète ! Enfin moi je suis contente, elle elle est ravie puisque 2 secondes après je me retrouve dans ces bras ! Arf ! C'est trop d'émotions ! Tant de contacts physiques avec une chinoise (autre que les massages, cela s'entend hein !) de si bon matin ! Et bien moi j'ai pas le coeur assez solide pour supporter ça. Je suis tellement pleine d'émotions que pour un peu je serais presque contente de lui lâcher une grosse liasse de billets de 100 yuans (environ 60) lundi.

Bon ben maintenant, si vous voulez m'extorquer 600 euros, vous savez ce qui vous reste à faire. Ah que voulez-vous ? La (ma?) chair est faible !

Posté par asaliah37 à 10:13 - Commentaires [2] - Permalien [#]

31 octobre 2007

Questions de culture

Bribes de discussions avec des étudiants :

- Ici, tu peux cracher si tu veux, pas de problème
- Non merci

- Vous ne vous mouchez pas en France ?
- Si mais pas en public
- C'est pas poli ?
- Non
- Ici on peut
- Oui je sais. Même qu'il y en a qui le font sans mouchoir (avec l'air dégoûté)
- Hahaha !

- Tu dois acheter des vêtements chauds si tu veux pas être malade
- Oui et il faudrait aussi que ta copine arrête de me tousser dessus en cours

- Wouah ! Tu es très propre ! Tu amènes tes baguettes à ta bouche et tu ne fais pas de bruit quand tu manges !
- ...

Nota : Penser à leur faire un cours de bonnes manières.

Posté par asaliah37 à 02:11 - Commentaires [0] - Permalien [#]